| 17-12-2018

La Déclaration des droits des paysan.ne.s: une dette en souffrance

FIAN International se joint à la Vía Campesina autres alliés afin de célébrer l’adoption de la Déclaration des droits des paysan.ne.s aux Nations Unies.

Une dette en souffrance a été partiellement réglée aujourd’hui lorsque l'Assemblée des Nations Unies a officiellement approuvé la la Déclaration des Nations Unies sur les droits des paysan.ne.s et autres personnes travaillant en milieux ruraux.

La séance d’aujourd'hui, dernière journée de formalités pour la proposition, a marqué le tournant d’un processus qui a débuté il y a près de vingt ans.

La Déclaration reconnaît entres autres aux paysan.ne.s les droits à la terre, aux semences, à la biodiversité, leur permettant de s’engager plus efficacement dans la lutte contre la faim.

Bien que les États-Unis et le Royaume-Uni aient manifesté une opposition féroce à l’initiative depuis le commencement, le soutien de presque toutes les nations d’Afrique et d’Asie a réussi à faire pencher la balance de manière favorable. Le moment décisif a eu lieu il y a quelques semaines, lorsque 119 États membres se sont fermement ralliés à la proposition et l’ont aidé à passer à la phase finale.

Une telle réalisation est le résultat des efforts incessants des paysan.ne.s, en particulier ceux du Sud, qui ont conceptualisé, développé et mis en avant un projet visant à rendre visibles leurs luttes contre la destruction de leurs moyens de subsistance et de leurs vies.

L’approbation de ce nouvel instrument marque un tournant décisif, à un moment où la nécessité d’élargir le champ traditionnellement restreint des droits humains est plus que jamais nécessaire. Les États signataires ont exprimé leur inquiétude face aux conditions particulières de discrimination dont sont victimes les paysan.ne.s agricult.eurs.rices, les paysan.ne.s sans terre, les travailleu.rs.ses rura.ux.les, les peuples autochtones, les éleveurs, les petits pêcheurs et leurs communautés dans toutes les zones rurales du monde.

Par conséquent, au-delà de la victoire historique d’aujourd’hui, nous devrons continuer demain à renforcer toutes les luttes de ceux qui exigent activement de mettre fin à l’oppression structurelle transversale causée par le modèle économique prédominant dans le monde.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:     nuila(at)fian.org
Pour les questions relatives aux médias, veuillez contacter:     diaz(at)fian.org