| 10-11-2017

Une délégation internationale visite le Népal pour évaluer les violations du droit à l’alimentation

Des délégués de FIAN International, du Sri Lanka, du Pakistan et du Népal ont visité des cas emblématiques dans le sud-ouest du Népal afin d’évaluer les progrès réalisés après des années de mobilisation et de plaidoyer.

Des délégués internationaux venus d’Asie et d'Europe ont fait une visite de trois jours pour observer trois cas emblématiques, situés dans les districts de Banke, Bardiya et Kanchanpur, que FIAN Népal suit de près depuis ces dernières années. De l’accès à la terre au logement décent des peuples traditionnels, en passant par les impacts du développement d’infrastructures sur les communautés népalaises vivant à la frontière, les cas visités illustrent certains des défis à la réalisation du droit à l’alimentation et à la nutrition dans la région.

Lors de leur visite dans une communauté Gandharva – les Dalits sont largement connus pour maîtriser la musique traditionnelle mais aussi pour faire face à une discrimination effroyable – les délégués ont observé que le gouvernement a tenu sa promesse et la communauté a reçu des titres fonciers et des logements décents après des années de lutte. En outre, le gouvernement a organisé des programmes de développement des compétences, tels que l’agriculture biologique, le tricot, la couture, etc. La communauté a toutefois souligné que davantage d’actions sont nécessaires pour réaliser pleinement son droit à l'alimentation et à la nutrition.

Quant aux zones du district de Banke, touchées par l’impact des inondations, fortement exacerbées par la construction du     barrage de Laxmanpur et du Kalkalwa Afflux par l’Inde, elles voient la construction d’une barrière pour arrêter les inondations est en cours – 5 kms déjà bâtis. Alors que les communautés disent se sentir « plus en sécurité », elles ont regretté que la construction de cette barrière « se déroule lentement ». Selon les estimations des communautés, la construction globale de cette barrière « protectrice » prendra environ 10 ans. Cela pourrait être trop long, compte tenu des impacts profonds des inondations pendant les périodes de mousson chaque année sur leurs vies et leurs moyens de subsistance.

Des éléphants et autres animaux sauvages vivant dans la réserve du parc national de Dudhwa en Inde franchissent souvent la frontière et pénètrent dans le territoire népalais en détruisant les cultures et les maisons des communautés dans leur sillage. Grâce à la mobilisation des communautés et au soutien de FIAN Népal, une clôture électrique est en cours de construction, ce qui, espérons-le, assurera la protection des communautés.

Les cas du parc national de Dudhwa et du barrage de Laxmanpur illustrent les     coûts humains lorsque les États ne respectent pas leurs obligations en matière de droits humains au-delà des frontières – communément appelées « obligations extraterritoriales ». De l’avis des personnes touchées: « Si l’Inde a crée cette situation, le pays devrait clairement s’assurer de résoudre le problème qu’il a lui-même créé ».

Les visites, qui effectué     le suivi de la mission de recherche menée l’an passé, se sont conclues par un échange de vues entre les délégués sur les cas visités, ainsi que des discussions sur la manière de renforcer le travail relatif aux droits humains en Asie du Sud.

Voir la     galerie photo sur la communauté Gandharva.

Pour des questions relatives aux médias, veuillez contacter     delrey[at]fian.org